RSS
RSS
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière

LIVRE I
Quand le salut ne réside plus qu'en l'ennemi.
Que choisir ? La Fin ou l'Union Sacrée ?
 







Nous sommes en Mai 2215 !

Partagez | 
 

 Equinoxe: Mascarade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cecil Osbern ak Alexandre
Invité
avatar


MessageSujet: Equinoxe: Mascarade   Jeu 9 Oct - 22:30



Alexandre passa sa main dans ses cheveux indisciplinés en contemplant d'un air songeur le carton d'invitation. Joana aimait toujours faire les choses dans les règles . Il savait qu'elle préparait cette réception depuis des semaines, l'ayant croisée plus d'une fois dans les couloirs du palais alors qu'elle peinait de plus en plus à dissimuler sa fébrilité tandis que la date approchait. Pourtant elle avait jugé bon de lui envoyer une invitation en bonne et due forme . Il le tourna et le retourna entre ses doigts comme s'il pouvait y déchiffrer des signes ou un code qui ne seraient adressés qu'à lui. Il savait pertinemment ce que la jeune femme attendait de lui. Un regard analytique sur le déroulement de cette soirée et les interactions qui ne manqueraient pas de s'y tisser mais aussi un soutien second dans son rôle d'ambassadrice.

Il savait qu'il aurait un statut un peu à part lors de cette soirée, un rôle non officiel mais pourtant non négligeable. Posant le carton sur sa table de nuit, il se dirigea d'un pas nonchalant vers son dressing pour y chercher la tenue ad hoc. Il choisit un pantalon noir et sa veste puis chercha une chemise blanche à qui il ne ferait pas subir l'outrage d'une cravate. Ayant extrait d'un tiroir les sous vêtements requis, il déposa le tout sur son lit et se dirigea vers la salle de bains en sifflotant.

******

Les lieux étaient encore déserts lorsqu'il pénétra dans l'hôtel particulier qui s'était paré pour l'occasion d'un faste de bon goût, sans ostentation excessive. La marque de Joana. Il regarda d'un oeil faussement distrait la liste des invités tandis que l'huissier lui faisait comprendre d'un geste qu'il était inutile de présenter son carton. De fait qui connaissant l'ambassadrice sans connaître son ombre, son "âme damnée" Cecil Osbern alias Alexandre ? Lorsque l'une paraissait, l'autre n'était jamais loin. Tiens, tiens ! Certains noms ne lui étaient pas inconnus. Il sourit en voyant inscrit le nom de Julien Rabier . Ahhh Monseigneur allait être de la partie ? Oserait-il venir ? Alexandre n'en doutait pas. L'homme n'était pas du genre à reculer devant une assemblée d'immortels. Alexandre l'avait appris à ses dépends mais il se délectait par avance des échanges bien sentis qui allaient fuser. Il n'était toutefois pas dupe de la manoeuvre de Joana. En invitant l'homme d'église à cette réception, elle voulait aussi sonder les liens qui s'étaient tissés entre les deux compères et apprendre plus, éventuellement ce que le rapport d'Alexandre au sujet de sa mission avait passé sous silence. Elle était ainsi, elle n'aimait pas que des zones d'ombre lui échappent.

Il traversa la salle à manger dans laquelle un couvert raffiné avait été dressé, louvoya entre les tables, les frôla avant de s'arrêter face à un grand miroir digital qui lui renvoyait l'image d'un homme raffiné mais nonchalant, au regard sans concession. Il eut un petit rictus satisfait, presque suffisant, certain que cela serait au goût de sa complice, rectifia la position de quelques couverts mal alignés. La table était presque parfaite, agencée sous la directive de la jeune ambassadrice. Il se dirigea vers le lieu dévolu au bal et eut un regard satisfait. Classe mais sobriété, l'estrade était assez grande pour accueillir un orchestre de chambre sans pour autant être monumentale. Le parquet rutilait, prêt à recevoir les pas des danseurs. Il se demandait si l'homme d'église danserait. Ne risquerait-il pas une attaque fatale ? Est ce qu'il goûterait aux vices qui ne manqueraient pas de le tenter en ces lieux? Il en eut bien pouffé si le silence des lieux ne l'avait agacé.

Toujours cette fichue manie d'arriver en avance. Ses pas le menèrent à un salon privé. Il se posa dans un sofa et entreprit de lire le journal du soir qui était posé sur une table basse. Autour de lui, les serviteurs, les esclaves aux tignasses teintes de couleurs vivent s'affairaient. Une fantaisie de l'hôtesse dont il savait le code et qu'aucun invité ne pouvait ignorer. Il serait le premier à réprimander à sa façon, bien douloureuse, tout contrevenant. Après avoir lu quelques articles sur les exactions du Clan, articles qui ne firent que le mettre un peu de mauvaise humeur, il reposa le quotidien. Mais que diable ( hahahah ) faisait donc Joana ? L'horloge venait de sonner le quart avant le début de la réception et il aurait préféré la voir avant que n'affluent tous les invités telles des mouches à merde sur une charogne ou plus poétiquement des abeilles surs un champ de fleurs. Oui, cela seyait mieux au terrain de récréation de la vampire.

Revenir en haut Aller en bas
Cecil Osbern ak Alexandre
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Equinoxe: Mascarade   Jeu 9 Oct - 22:34



Le murmure des premiers arrivés le tira de ses considérations sur la tendance souvent vérifiée des femmes à se faire attendre. D'autres auraient pensé désirer mais il avait banni ce mot de son répertoire depuis longtemps. La faune des plus diverse commençait à arriver, composée de personnages plus ou moins recommandables dont peu devaient venir par simple plaisir. La plupart devait être convaincu que se montrer à cette réception écarterait de leur tête une éventuelle foudre immortelle et les mettrait dans les bonnes grâces de maîtres de la ville. Qu'était-ce en vérité sinon une façon de prendre le pouls de la cité ? Un sondage élégant des intentions inavouées ou pas des personnes surveillées par la Couronne, une façon d'estimer le nombre de ses sympathisants et de compter ses ennemis. Joana était partisane de l'adage " garde tes amis près de toi mais davantage tes ennemis" ou un truc dans le genre et le passé de Cecil l'incitait à partager ce point de vue. En parlant d'ami ou d'ennemi, il sourit en voyant entrer une silhouette familière dans le salon ouvert. Il avait négligé de considérer la grande bibliothèque qui couvrait tout un pan de mur parce qu'il ne pensait pas très courtois ni approprié de débuter la lecture d'un livre en attendant l'arrivée de son amie mais Monseigneur Julien Rabier, lui, ne s'embarrassa pas de tant de courtoisie et dès son entrée manifesta plus d'intérêt et de sociabilité à l'égard des volumes magnifiques qui s'alignaient sur les rayonnages que pour les êtres qui évoluaient dans les lieux.

Alexandre haussa les sourcils et ne put retenir un petit sourire caustique. L'homme de foi, prompte à se cacher derrière un livre pour se donner contenance... Etonnant qu'il n'ait pas brandi sa bible en arrivant dans la salle de réception. Le vampire se délecta d'être l'embusqué non repéré qui observe une proie un peu particulière. Il détailla la tenue de l'évêque, essaya d'évaluer s'il avait encore voûté depuis Rome. Tss! Quelle vie trépidante pour un vieil homme, vraiment ce n'était pas raisonnable. Et puis cette propension à fréquenter les immortels, cela finissait par devenir douteux ... Le macédonien lissa le pli imaginaire de son pantalon et s'apprêta à se lever lorsqu'un type étrange aux cheveux châtain et courts, légèrement nerveux fit son entrée en clignant des yeux. Lui non plus ne semblait pas l'avoir vu. Cela ne le dérangeait guère. Il préférait être remarqué pour les bonnes raisons. Enfin le jeune sur les nerfs qui sentait l'humain anxieux à plein nez paraissait souffrir d'un réel problème de vue pour n'avoir pas vu le grand cafard noir accroché à la bibliothèque. Quel bond ! Et quelle tirade! Alexandre en savoura chaque mot et plus encore l'expression du prêtre. Battu sur son propre terrain! Pour l'avoir côtoyé, Alexandre savait bien qu'il ne sortait pas que des fleurs de rosaire de la bouche du porteur de soutane.

Le jeune gars semblait tout retourné aussi et ne s'attarda pas davantage. Alexandre songea qu'il valait mieux pour lui avoir insulté un nettoyeur de lavabo sacré qu'un des membres de la Couronne. Il avait presque envie d'embrasser le garçon sur le front pour lui donner sa bénédiction d'un acte aussi formidable que le blasphème en direct sous le nez de Julien. Il se leva. Il était temps de manifester sa présence en faisant en sorte de faire comprendre à l'évêque qu'il n'avait rien manqué de la scène extraordinaire. Il se réjouissait déjà de la colère qu'il verrait poindre dans les yeux de son compère de mission papale. Peut-être même arriverait-il à le faire sursauter à son tour. Quelle perspective réjouissante ! Un bruit de verre brisé le priva de cette joie. Julien se retourna pour regarder en direction de la salle principale.

- Que de tension dans l'air Monseigneur, n'est-ce pas ? Lâcha-t-il avec un sourire terrible à l'attention de l'homme de foi. Vos congénères sont toujours nerveux à proximité des miens.

En attendant, toujours aucun signe de Joana. Il se dit qu'il devrait peut-être aller voir de plus prêt ce qui se passait dans la salle de réception mais le sujet qui se trouvait sous ses yeux lui semblait pour l'instant bien plus intéressant que les agapes des invités. Peut-être y avait-il moyen de faire d'une pierre deux coups ?

- Comment vous portez-vous depuis Rome ? Me permettrez-vous de vous offrir un verre ?

Il avait failli ajouter "pour faire passer la pilule blasphématoire de ce jeune malotru..." mais il convint que ce ne serait pas remplir ses devoirs de second de la maîtresse de maison.

Revenir en haut Aller en bas
 

Equinoxe: Mascarade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière  ::  :: Une autre "version" de l'Union Sacrée :: Le passé de Cecil Osbern-