RSS
RSS
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière

LIVRE I
Quand le salut ne réside plus qu'en l'ennemi.
Que choisir ? La Fin ou l'Union Sacrée ?
 







Nous sommes en Mai 2215 !

Partagez | 
 

 {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cecil Osbern
Invité
avatar


MessageSujet: {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message   Mer 19 Nov - 20:05




- Si je vous ai fait venir ici, Monsieur Dunkel, c'est pour vous montrer où est votre intérêt. Et il me parait évident, après mon exposé, qu'il est de nous servir d'informateur par la possibilité que vous avez de surveiller Bassarab. La raison pour laquelle nous vous demandons de le faire ne vous concerne pas. Nous sommes les dirigeants et vous nous devez obéissance, sous peine d'encourir notre "contrariété". Je peux vous affirmer qu'il vaut mieux être avec nous, que contre nous.

Il se tourna vers l'allemand au passé chargé et lui fit face d'un bloc. Deux monolithes fait d'un roc différent mais aussi dur l'un que l'autre. Il pouvait être un atout majeur pour avancer l'enquête au sujet de ce type aux activités apparemment anodines mais à la prise de position plus qu'ambiguë. Les supérieurs de Cecil l'avaient dans le collimateur depuis un moment mais sans avoir d'éléments concrets. Il fallait bien avancer. Dunkel était son homme lige, son manager, dans la plupart de ses secrets probablement. Une taupe parfaite. La Couronne savait que les relations entre les deux étaient plutôt agitées et émaillées de désaccords. Faire de l'ancien mercenaire un homme à leur solde aurait du être plus simple. Cecil était étonné de la résistance qu'il rencontrait et surtout de la curiosité du type au sujet de ce qui les motivait à surveiller son patron. L'allemand ne lâcherait pas tant qu'il n'aurait pas un os à ronger.

- C'est un gus curieux votre boss. Vous me direz que les artistes le sont tous. Lui il est un peu travaillé du chapeau. On a reçu une lettre anonyme à son sujet. Il peint en plus de chanter vous le savez ...

Le manager opina du chef pour montrer qu'il savait.

- Dans cette lettre, le corbeau prétend qu'il peint avec du sang et de la matière ... enfin vous voyez , quoi... Tirée de ses victimes.

Cecil déplaça un bibelot qui trônait sur le bureau pour se calmer.

- On se fout un peu qu'il fasse de l'art avec de la merde, vous voyez, mais le sang ... Le sang c'est la vie, c'est précieux. On n'a pas le droit de jouer avec, pas le droit ! Combien d'entre nous sont morts d'en manquer ? Donc si ce genre de pratique se répand, ça risque de provoquer pas mal de remous et comme votre patron a un moyen très populaire de propager ses idées et pratiques. Vous savez, sa chanson "writted in blood" c'est peut -être pas qu'un poème en musique. Il s'approcha du blond albinos et se pencha sur son visage. Tu saisis le truc ? Bref on veut surveiller ses allées et venues, ses fréquentations, ce qu'il consomme, ce qu'il lit ... Et toi tu es le mieux placé...

Cecil espérait qu'il allait réussir à le convaincre. Un bref coup frappé à la porte et un domestique entra dans la pièce porteur d'un petit plateau sur lequel se trouvait une enveloppe. Le vampire s'en saisit et l'ouvrit. Il commença la lecture en s'asseyant doucement sur son fauteuil de cuir.

Citation :
 Un ou plusieurs êtres dotés d'une puissance de réflexion et d'un instinct de destruction hors du commun ont juré la perte de tous les hommes et de tous les vampires. N'avez-vous pas constaté d'inquiétantes et inexplicables disparitions parmi les vôtres ? Vous les avez bien entendu attribuées logiquement aux prédateurs habituels. Pourtant je puis vous affirmer que celui ou ceux-ci n'ont rien de commun avec vos adversaires ancestraux.

   Mentis Irae vous adresse cet avertissement: un grand péril menace toute forme de vie autre qu'animale ou végétale sur notre terre. Il dressera les uns contre les autres, attisera le courroux et la méfiance des immortels comme des mortels les uns à l'égard des autres. Les temps obscurs vont envahir à nouveau notre monde. Les vampires seront traqués pour être exterminés jusqu'au dernier et les hommes seront anéantis. Déjà le nombre de décès chez les uns comme les autres a augmenté de façon inexpliquée. Vous n'aurez pas d'autre choix si vous voulez arrêter le responsable de ce phénomène que de vous allier à vos ennemis de toujours et de faire face en semble.

   Si vous ne voulez pas voir votre vie sombrer dans le chaos et la folie meurtrière, agissez au plus vite. Alertez et concertez tous les avis qui peuvent avoir un intérêt commun au votre. Le salut du monde passe par cette intelligence.

   Mentis Irae



- Bon sang ! Puta de madre ...

Et voilà que l'autre timbré avait le culot de lui envoyer un message ... C'était le jour ou quoi ?

- Voilà autre chose!

Le vampire appuya sur un bouton sous son bureau et le larbin revint aussitôt en tremblant.

- Qui vous a apporté cette lettre ?

- Un ... un corbeau , Monsieur ...

- Et à aucun moment vous n'avez jugé utile de le mentionner ? Espèce de demeuré !


- Elle vous était adressée, j'ai pensé que le plus urgent était de vous l'apporter, Monsieur...

Le membre de la Couronne prit le malheureux par le col de sa veste et le souleva.

- Tu crois que les vampires reçoivent leur courrier par corbeau voyageur, habituellement ? T'as vu trop de films mon gars !

Il le relâcha et l'autre fila sans demander son reste. Cecil se tourna alors vers Dunkel.

- Cette fois on a un sérieux problème.

Il parlait plus pour lui-même que pour Reinhart Dunkel. Les sourcils froncés, son esprit, son intelligence analysaient à toute vitesse les nouvelles données du problème. Il sentit la rage monter en lui, celle qu'il avait déjà ressentie étant gamin quand les adversaires se payaient sa tête parce qu'ils étaient inaccessibles encore. C'est ce que faisait ce Mentis Irae depuis des mois, des années avec lui et depuis bien plus longtemps avec d'autres membres de la haute sphère vampirique. Il se payait leur tête avec ses idées complètement farfelues, ses campagnes idéologiques qui avaient jalonné les époques, sans rencontrer une adhésion suffisante pour que le mouvement perdure, fort heureusement. On ne savait pas seulement si Mentis Irae était un individu ou une organisation qui traversait les siècles. Le dossier était considéré comme ultra sensible par ses supérieurs et Cecil, qui en avait la charge, se devait de le faire avancer. Reinhart était toujours devant lui ruminant sans doute une réponse à ses injonctions assez musclées.

Le vampire pianota sur le clavier qui se trouvait devant lui, entra dans la banque de données de la police et la confronta à celle de la Couronne. Les statistiques sur les disparitions inexpliquées et les assassinats avaient connu une envolée de parts et d'autres. Une envolée qui n'avait connu qu'un seul précédent. Le grand chaos qui avait provoqué le retour de Bélial. Comment ne l'avaient -ils pas remarqué jusqu'alors ? Ils avaient mis cela sur le compte d'une frénésie alimentaire passagère chez les vampires. D'ailleurs, Cecil avait travaillé parallèlement avec cet évêque pour négocier un compromis. Les choses devaient se stabiliser suite aux accords. Les Eternels, et c'était un mal nécessaire, étaient depuis tenus en laisse, surveillés de près par la Couronne. Pourquoi la mortalité des humains demeurait-elle si forte ? Quant aux vampires, il y avait toujours eu des disparitions inexpliquées. On les mettait sur le compte de la lassitude qui était un mal bien réel chez les immortels. Le suicide des non morts... Plusieurs sociologues s'étaient penchés sur le phénomène. Cecil avait lu de nombreux ouvrages et aussi flirté avec la tentation. Mais là, la courbe qui se dessinait sur son écran n'était pas le fait du mal être de quelques uns d'entre eux. C'était une véritable épidémie qui frappait au sein des plus influents d'entre eux, et pas seulement des vampires très âgés ou de bas étage.

Mentis Irae avait raison. Cela faisait mal aux tripes de le reconnaître, mais il avait raison. Cecil aurait donné cher pour l'avoir en face de lui et l'interroger sur ce qu'il savait, pour pouvoir arrêter cette folie. Le macédonien serra les dents et regarda à nouveau Reinhart. Un problème après l'autre ... Mais peut-être que le manager pourrait l'aider sans le savoir. Cecil réprima un sourire lupin et commença à arpenter la pièce .

- On a un tueur de vampires sur les bras, je crois. Et ça me met de très très mauvaise humeur. Mes patrons vont me tomber sur le dos. Puisque je t'ai sous la main, tu as le choix: soit tu acceptes de nous aider à collecter des informations sur ce sujet et aussi de surveiller ton boss, soit je te colle aux douves . Le motif est tout trouvé. Je te suspecte d'être à l'origine de toutes les disparitions des nôtres depuis quelques mois. Ton profil est assez instable et chargé en passif pour correspondre à un maniaque. Si tu ne veux pas aider les vampires contre leurs ennemis, tu es forcément un ennemi des vampires. Tu es bien placé pour les deux missions. Ton cher Constantin est un fédérateur de foule par son activité artistique. Il te sera facile de glaner des informations et de repérer des individus suspects durant les concerts. En plus , j'ai cru comprendre que sa musique attirait un certain nombre de malades du chapeau.


Il y avait aussi le problème de la flambée de mortalité chez les humains, ce qui, à long terme risquait aussi de poser problème. Inévitablement le vieux en soutane allait venir porter plainte pour non respect des clauses de l'accord passé sous scellée papale. A ce moment, Cecil devrait choisir de lui révéler ou pas que Mentis Irae avait encore manifesté sa présence par un message qui sonnait comme une annonce apocalyptique. De toute façon, les vampires ne pouvaient tolérer qu'on abatte leur troupeau sans broncher. Si tel était bien le cas. Il lui fallait pour s'en assurer, éplucher les dossiers de la police. Il les contacterait au plus vite.

-Alors, Reinhart Dunkel ? Agent de la couronne pour ton bien ou invité dans les douves du palais ?


La réputation des "douves" n'était plus à faire. Cellules bâties sous le niveau de la Seine, elles étaient infestées de vermine, d'humidité et certaines étaient si étroites qu'il était simplement impossible de s'y asseoir ou encore moins de s'y allonger. Même les vampires avaient à un moment besoin de repos. Cecil consulta la liste des autres rendez-vous qui devaient attendre dans l'antichambre. L'heure avançait et il avait déjà du retard. Faire attendre les personnes convoquées ne le dérangeait pas vraiment mais il avait beaucoup à faire après. Il espérait que l'allemand ne mettrait pas trop longtemps à voir son intérêt.

Revenir en haut Aller en bas
Cecil Osbern
Invité
avatar


MessageSujet: Re: {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message   Mer 19 Nov - 20:09



Malheureusement, soit Dunkel était un dur à cuire soit il avait la tête aussi dure que celle d'un bouc mais il ne désarma pas même face à la menace des douves. En même temps, son argumentation tenait la route. Cecil devait le reconnaître, ses objections étaient légitimes.

- Nous ne sommes pas à court de moyens mais le temps presse, croyez-moi. L'auteur de cette lettre n'en est pas à son coup d'essai et si nous n'agissons pas, il va surfer sur la vagues de crimes pour propager ses idées. Vous êtes un vampire qui travaille autant avec les nôtres qu'avec les mortels. Cette affaire pourrait bien porter préjudice irrémédiable à votre business autant qu'à nos intérêts. Nous mettons donc en œuvre tous nos moyens à compter de ce jour et vous en faites partie.

Cecil se radoucit de façon notable sans pour autant perdre de sa conviction.

- C'est l'état d'urgence, Monsieur Dunkel. Cela explique que je ne prenne pas de gants pour compter sur votre collaboration. Nous avons un grand malade lâché dans la nature. Il flingue du vampire autant que de l'humain. Je ne ferai pas injure à votre intelligence en vous expliquant à quoi cela peut nous mener à très court terme et encore pire à long terme. Tous nos agents sont sur l'affaire et vous ne serez pas seul. Nous ne vous demandons pas de le neutraliser à vous seul mais juste de glaner des informations qui pourront nous aider à l'identifier.

Il contourna le bureau pour s'approcher du manager, le convaincre mieux qu'en se penchant de sa stature de boxeur et le prit par l'épaule. Il avait renoncé à être impressionnant mais l'était pourtant davantage en exposant la réalité du danger qu'en exposant sa force.

- Ecoutez-moi Dunkel. Vous nous offenseriez en croyant que nous ne saurons pas vous montrer notre gratitude envers ceux qui nous "rendent service" mais c'est à vous que vous rendrez service avant tout en acceptant de surveiller à la fois Constantin Bassarab et tout individu suspect dans son sillage. Il hésita un instant avant de poursuivre. Vous êtes aussi notre homme pour une raison précise. L'homme de la situation. Vous avez été artificier à une époque lointaine, n'est ce pas ... Panzer division du Reich. Nous avons besoin de vous parce qu'il va falloir enquêter chez les fabricants de mécanismes de mise à feu. Je dois vous montrer quelque chose. Mais je ne peux le faire que si vous acceptez les deux missions. On ne peut lâcher un front pour faire face à l'autre et vous êtes un atout sur les deux.

Progressivement, l'agent de la Couronne, rompu aux négociations, diplomate né, glissait doucement vers un ton plus cordial pour ouvrir les yeux de l'ancien militaire sur la nécessité et l'intérêt de faire front commun. Il savait que sommeillait en lui le goût du combat et de la filature, endormis depuis des décennies sous le vernis de l'homme d'affaire, puis plus récemment du manager. Il ne doutait pas que l'action devait parfois manquer à l'ancien soldat.

- Je suis plus pertinent dans l'art de la négociation que dans celui des armes même si j'ai connu les combats de rues, Dunkel. Si je vous demande de collaborer sur cette mission, c'est parce que je sais que vous êtes le plus qualifié pour mener l'enquête dans ce milieu. Notre ennemi est brillant et habile. Nous ne savons rien de lui pour l'instant, si ce n'est ce que la police des humains a relevé comme indices sur les scènes de crimes. A nous de montrer que nous sommes plus efficaces que ces rats de mortels.

Il avait conscience que la flatterie trop poussée pouvait agacer l'ancien mercenaire plutôt que de le rallier à leur cause. Il naviguait en terrain miné mais avec son habileté de négociateur, il fit miroiter d'autres bénéfices.

- Quand nous en aurons fini de cette histoire, nous saurons reconnaître la valeur de nos collaborateurs. Sachez déjà que vous aurez un émolument attribué pour vos frais de recherches. Compensation plus que généreuse qui vous permettra de couvrir vos frais largement et de vous attribuer quelques agréments en supplément. Traitement qui dépassera largement le cachet que vous attribue votre chanteur.


Il plongea son regard sombre dans celui plus clair de l'ancien officier allemand.

Revenir en haut Aller en bas
Cecil Osbern
Invité
avatar


MessageSujet: Re: {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message   Mer 19 Nov - 20:22




Cecil soupira de soulagement mais pas de façon trop visible. Tout de même l'heure était grave et il n'avait pas de temps à perdre pour réunir le maximum d'"agents" sur l'affaire. La police pataugeait dans la semoule et de toute façon, la Couronne n'avait pas l'intention de compter sur des humains pour mettre hors d'état de nuire un type qui massacrait des vampires. Faire un exemple marquant s'imposait. Il fit signe à Dunkel de s'asseoir dans un des confortables fauteuils qui faisait face à son bureau et alla se caler dans le sien.

- Asseyez-vous, Reinhart, vous permettez que je vous appelle Reinhart ? Nous en avons pour un petit moment. Un cigare ?
Ajouta-t-il en tendant un coffret en bois finement travaillé.

Il le reposa ensuite et se passa les mains sur le visage puis les joignit en soupirant.

- Commençons par le début.

Il tira d'un tiroir un épais dossier noir et l'ouvrit. D'une chemise il extirpa une feuille et la tendit à l'ancien officier.

- La première liste est celle d'humains et ne devrait pas nous inquiéter, si ce n'est qu'ils avaient tous la même particularité pour ceux qui ont été retrouvés, morts bien sûr. Certains ont juste disparus. La liste ne mentionne pas ceux que nous n'avons pu identifier. La seconde, qui concerne les nôtres, ne peut que nous révolter n'est-ce pas. Vous me direz que certains d'entre nous meurent et que c'est comme ça. Suicide, accident , combat perdu contre un autre vampire... Cela arrive mais quand les disparitions se précipitent toutes en quelques mois, il est normal qu'on s'interroge. Trois membres de la Couronne sont concernés.

Son poing se crispa discrètement à la pensée du dernier nom qui apparaissait dans le groupe des vampires. Joana avait disparu depuis plus d'un mois et cela le rendait fou. Non qu'il en fut amoureux. Son esprit repoussait violemment cette éventualité, mais elle était son amie en plus d'être sa supérieure hiérarchique. Il se retrouvait seul face à des responsabilités qui, si elles ne lui faisaient pas peur, étaient bien vastes pour un seul vampire. Joana lui manquait comme aurait pu lui manquer une sœur, une brillante inspiratrice, une source de beauté dans sa vie. Il refusait encore inconsciemment qu'elle eut été victime du tueur. Il laissa Reinhart parcourir la liste.

- Je crains malheureusement qu'elle ne s'allonge, certains vampires sont difficiles à suivre et on met du temps à remarquer leur disparition. Parfois on ne retrouve rien même et il est probable que bien des nôtres disparus devraient figurer sur cette liste mais ce n'est pas le cas car on a du mal à identifier un corps réduit en cendres.

Il sortit un autre feuillet d'un sous dossier. Une fiche technique d'un micro détonateur. Lorsqu'il la tendit à l'allemand il prit soin d'étudier sa réaction.

- Voilà le dénominateur commun de certaines victimes humaines, outre le fait d'avoir été vidées de leur sang par des vampires, enfin celles dont nous avons pu consulter les rapports d'autopsie et les plus récentes pour être précis. Elles avaient toutes cela dans le coeur, greffé dans la paroi interne de l'artère aorte. Elles ne sont pas décédées du déclenchement du détonateur. C'est fascinant, il est si minuscule. Nous attendons que la police nous communique des résultats d'analyse pour savoir à quoi il servait. Enfin, s'ils le découvrent ... Ils sont tellement lents à voir l'évidence. Nous tenons là une piste très sérieuse. Ce qui nous le fait penser, c'est que les plus anciennes victimes humaines ont été retrouvées charcutées dans la région du péricarde. On leur avait ôté quelque chose à la hâte. Je pense qu'au début le tueur prenait la peine d'effacer tous les indices et que soit par manque de temps, soit par défi, il a décidé de ne plus le faire. La police, elle n'a pas encore fait le lien entre ces cas plus anciens et les récents.

Alors que Dunkel tournait le schéma en tout sens le lisant d'un air intéressé, il poursuivit son exposé.

- Au départ les deux dossiers paraissaient sans lien. D'un côté des vampires qui disparaissaient à une fréquence plus rapide qu'à l'accoutumé et de l'autre ces humains dont on avait trafiqué le cœur. C'est en entrant les données dans notre base que notre central informatique a superposé les dates de disparition touchant les deux groupes. S'il y a plus de morts chez les humains pour le moment, chaque mort référencée chez les nôtres correspond au décès d'un de ces mortels. Troublant, non ? On peut attribuer le fait que plus d'humains soient enregistrés à l'évidence que leur cadavre lui, est plus facilement détectable et identifiable. Peut-être aussi que les humains morts à des dates où aucun vampire n'est décédé correspondent à des échecs du tueur. Quoiqu'il en soit la dizaine de disparitions chez nos semblable s'accompagne d'une mort humaine de ces opérés du cœur. D'une façon ou d'une autre, elles sont liées. Peut-être l’œuvre du même tueur ou d'une bande de mystiques complètement tarés.

Cecil fit osciller son fauteuil en cuir monté sur roulettes et observa avec curiosité le visage de l'ancien officier allemand.

- Vous savez comme moi que notre monde n'est pas en reste de génocides planifiés, d'illuminés se croyant investis d'une mission suprême. Ces morts semblent trop répondre à des lois de fréquence pour être des coïncidences. Rien qu'en soit ce dossier est terriblement alarmant. Et maintenant ça ...

Il balança sur le bureau, à la vue de Dunkel, la lettre qu'il avait reçue au début de leur entrevue.

- Lisez... Ce type, Mentis Irae, cela fait des siècles qu'il nargue la Couronne. Nous avons de bonnes raisons de penser qu'il adresse les mêmes menaces aux responsables des groupes humains importants. Nous ne sommes pas certain que les deux affaires soient liées mais tout porte à le croire. Soit il EST le tueur, soit il est très bien renseigné sur lui. En tous cas, il est au fait des disparitions sur lesquelles nous travaillons, c'est une évidence.

Nerveux et excité, il se leva et commença à arpenter la pièce en longeant la grande baie vitrée qui offrait une vue imprenable sur le Paris nocturne. La Tour Eiffel y rutilait de mille feux.

- Quoi qu'il en soit, nous devons les mettre hors d'état de nuire, l'un comme l'autre et à tout prix. Le plus vite possible. Nous attendons d'avoir accès aux rapports de police. Malheureusement je crois que la Criminelle est un peu dépassée par les évènements. Ce qui nous intrigue c'est ce petit mécanisme. Quel rôle joue-t-il dans tous ces crimes puisque ce n'est pas sa détonation qui provoque la mort ? On a pas accès à tous les rapports d'autopsie récents donc on va s'arranger pour les voler. Votre travail à vous, est donc double. Enquêter dans le milieu des artificiers et des fabricants de mécanismes pour arriver à trouver le fournisseur du tueur et qui a commandé ce genre de systèmes en quantité ces derniers mois. Ça sera fastidieux mais techniquement vous connaissez ce milieu donc vous irez plus vite que la plupart d'entre nous et vous nous aiderez à neutraliser ce tueur fou.

Il se rassit dans le fauteuil et fit à nouveau face à Dunkel. La seconde partie de la mission était peut-être la plus délicate du point de vue de l'allemand qui se sentait en conflit de loyauté. Cecil pouvait le comprendre.

- Rassurez-vous, il ne sera fait aucun mal à Bassarab. Il est un peu hors des clous, pas très respectueux envers nos règles mais je ne le crois pas violent et dangereux. En revanche nous avons de très bonnes raisons de penser que Mentis Irae gravite dans son sillage. Un fan peut-être ou une connaissance remontant à un lointain passé. Il se peut que notre corbeau soit un proche comme un admirateur obsédé qui le suit dans tous ses déplacements, une relation de travail peut-être. Nous avons même pensé à vous un temps. Ajouta Cecil dans un petit rire. Mais rassurez-vous, Mentis envoyait déjà des lettres anonymes à la Couronne alors que vous n'étiez même pas encore dans les couilles de votre père... A moins que Mentis soit une sorte de secte qui traverse les siècles et dont vous faites partie... Plaisanta le chef des services secrets de la Couronne. Sa première lettre répertoriée et conservée par nos soins remontent à trois cent ans. C'est une sorte de pamphlet en vieux roumain, ce qui explique qu'on pense à un proche du chanteur. Vous savez comme moi que c'est un prince roumain.Le message est toujours le même depuis des siècles. Contre l’Église, Dieu. Invitant humains et vampires à s'unir contre leur créateur, tout ça... On a des rapports des polices de l'époque aussi faisant état de réunions secrètes tenues en son nom aux quatre coins de l'Europe. Plusieurs arrestations, mais jamais on n'a pu mettre la main dessus. Il semble capable de se volatiliser et de garder son identité secrète. Aucun de ses sympathisants, humain ou vampire n'a jamais rien lâché même sous la torture la plus ignoble. Peut-être qu'aucun ne la connaissait en fait... Il est peut-être complètement cinglé et illuminé mais il est malin.

Il se garda bien de dire à Reinhart que ses soupçons sur Bassarab n'étaient pas si anodins. Peut-être n'était ce qu'un hasard et le chanteur ignorait-il être la cible d'un admirateur qui évoluait dans son ombre et annonçait la fin des vampires ou peut-être le savait-il pertinemment et le protégeait-il par peur. Il fallait en avoir le cœur net. Peut-être le vampire artiste subissait-il des menaces de la part du corbeau ? Son majordome avait mystérieusement disparu. La famille du malheureux avait porté plainte.Cela expliquerait l'incroyable discrétion de Bassarab sur son passé. Peut-être était-il traqué par un fou dangereux depuis longtemps. Après tout, on ne savait pas grand chose du chanteur dandy qui était très rare dans ses apparitions publiques sauf sur scène. Il avait surgi de nulle part avec son titre de prince authentifié au XIX ème siècle et on ne savait rien de ce qu'il avait foutu jusqu'à ce qu'il devienne la nouvelle coqueluche d'un nouveau genre de rock assez violent il y avait peu. Avant, on avait trace de lui dans des réunions de hippies des années 70, avant le grand retour de Belial. Il était apparu peu de temps après, menant une vie de rentier et d'artiste. Un type tranquille qui ne respectait guère la Couronne, évitant de se rendre aux manifestations officielles de celle-ci, écrivant des textes assez subversifs. Mais c'était tout. Plutôt un épicurien qui serait utilisé à son insu par un déséquilibré. Les artistes étaient toujours des pigeons parfaits pour les faux prophètes et Cecil voulait savoir si Bassarab était un homme sous influence.

- Il faudrait que vous notiez les déplacements de votre poulain et essayez de discuter avec lui pour savoir dans quel état d'esprit il est... Ce qu'il pense de tous ces meurtres. Son majordome a mystérieusement disparu et on se demande si votre employeur ne subit pas des pressions. Si vous pouviez en apprendre plus à ce sujet... Nous faire une liste de ses fréquentations ... Des choses comme ça. Ca vous va ? Nous vous donnerons les compléments d'informations dès que nous les aurons. D'ici là, menez votre enquête sur les acheteurs de micro détonateurs. Servez-vous de vos relations dans le milieu des armes. Et ne quittez pas votre musicien d'une semelle. Finalement on vous demande juste de garder un œil sur lui d'encore plus près. C'est à dire de veiller sur vos propres intérêts.


Revenir en haut Aller en bas
Cecil Osbern
Invité
avatar


MessageSujet: Re: {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message   Mer 19 Nov - 20:27



Cecil hochait lentement la tête tout en écoutant l'ancien officier allemand. Le pragmatisme teuton. Il examinait la situation sous toutes ses coutures, envisageant, analysant chaque aspect du problème. C'était intéressant d'avoir un tel élément dans leurs rangs, lucide sur les risques, déterminé mais pas fou au point de refuser son aide à la Couronne. Reinhart Dunkel avait rapidement compris que si on n'était pas avec la Couronne, on était forcément rangé dans le camp des opposants. Qu'un opposant avait une espérance de vie assez réduite surtout s'il détenait des renseignements vitaux ou s'il avait personnellement rencontré un membre de cette organisation de l'ombre à visage découvert. Dunkel entrait dans les deux catégories. Il savait que Cecil en était, et il avait vu les pièces de l'affaire. L'allemand se doutait que l'ancien boxeur ne le lâcherait pas d'une semelle et qu'il le tenait plus ou moins à la gorge, tel un pitbull. Désormais, le manager était agent de la Couronne en sous marin et devait travailler pour eux ou mourir. Cecil comprenait que ce dernier trouve la pilule un peu amère mais comme disait un vieux proverbe, on ne faisait pas d'omelette sans casser d’œufs.

L'analyse de l'Allemand était pleine de justesse mais le négociateur de la Couronne n'était pas certain que toutes ses déductions soient fondées. Dunkel semblait pencher pour l'hypothèse que Mentis Irae était une organisation. Et probablement le responsable des hécatombes actuelles. Il était vrai qu'il en avait prédits bien d'autres à travers les siècles et qui s'étaient avérées. Delà à penser qu'il en était lui-même l'auteur, la tentation était grande. Pourtant quelque chose clochait. Entre la première missive de ce corbeau dénonçant une anomalie, une mutation humaine incomplète en vampire qui datait de presque un an, et cette récente missive annonçant l’Armageddon, Mentis avait disparu de la circulation de nombreux mois, ne se manifestant que par une courte missive adressée à Joana le soir du bal d'Equinoxe. Pourquoi ce long silence alors que les meurtres avaient repris avec la régularité d'un métronome après une courte interruption d'un petit mois ? S'il en avait été l'auteur, Mentis n'aurait-il pas comme tous les serial killer à l'ego malade, voulu en tirer parti en annonçant sans relâche l'apocalypse ? La police avait reçu des preuves émanant de Mentis, la Couronne en avait d'autres. Qui encore, possiblement ? Qui pouvait savoir ? Ce qui était sûr c'est que les apparitions de Mentis et les pics de crimes n'étaient pas toujours concomitants.

Cecil émit un petit bruit agacé entre ses dents, quand Reinhart évoqua la difficulté à remonter la piste de vampires antédiluviens. Avec ces paroles, l'allemand venait de mettre le doigt sur quelque chose qui tournait en boucle dans le cerveau de l'agent de renseignement macédonien depuis le début de cette affaire. Cecil se remémora alors une mission que Joana lui avait confié, sous couvert de vacances à la campagne. C'était juste après la première lettre de ce nouveau siècle écrite par Mentis. Lettre accompagnée d'analyses extrêmement poussées sur des échantillons sanguins. L'écriture était hachée, saccadée, comme écrite à la hâte. "Dans la souffrance " avaient conclus les experts graphologues chargés de l'analyse du texte. Ce qui était fascinant et rageant sur les pages qui accompagnaient la lettre, rédigées sur traitement de texte, c'est que ces compte rendus d'analyses sanguines envoyées par le corbeau étaient exemptes de toute empreinte, bien évidemment mais surtout établissaient clairement que le sang analysé appartenait à une femme ... unique en son genre. Elle présentait une combinaison de deux génomes, l'un parfaitement humain et l'autre incomplètement vampirique. Aucun échantillon n'était joint aux feuillets d'analyse, cela va de soi. La Couronne s'évertuait à découvrir l'identité de cette porteuse. En vain. Cet enfoiré avait peut-être en sa possession la source d'un antidote vampire, ou d'une sorte de vaccin mais s'était bien gardé d'en envoyer un tube au bureau de Cecil. Aucun moyen pour les services de travailler à développer une parade à un tel sérum sans une goutte de sang.

C'était une véritable épée de Damoclès que les vampires avaient au dessus de la tête. Si on pouvait bloquer la mutation d'un humain en vampire, qui pouvait savoir quelles applications pouvaient être tirées d'une telle découverte. De là à imaginer que de puissants investisseurs humains se dotent d'une armée de néo vampires ou qu'un révolutionnaire bien pensant se mette en tête de pousser les recherches pour trouver le moyen d'inverser la mutation. Tout pouvait être envisagé. Cecil lâcha un soupir. Il imaginait déjà les vampires capturés, piégés et "traités" avec ce poison, redevenant des humains. Au prix de quelle souffrance? Qui pouvait savoir la douleur atroce d'un sevrage forcé de sang pour un corps privé de la nourriture dont il s'abreuvait depuis des années, des siècles? La perspective lui faisait froid dans le dos. Les humains se vengeraient allègrement de leurs bourreaux d'antan, alors. Sans aucun état d'âme. Il savait trop bien le sadisme des foules humaines destituant leurs tyrans. Beaucoup des siens préféreraient une seconde mort digne à la déchéance de redevenir humain ou de se livrer à la vindicte des hommes. A très court terme, une telle découverte sonnerait le glas des vampires ou au mieux de leur liberté.

Suite à cet envoi fiévreux et terriblement inquiétant, Mentis Irae s'était tu pendant de nombreux mois, alors que les cadavres d'humains continuaient de s'accumuler à un rythme toujours plus soutenu et que les " barbecues d'immortels" se multipliaient en suivant une courbe pratiquement identique. Ce fichu corbeau leur infligeait un silence radio alors même qu'ils étaient tendus, à l'affût de la moindre petite lettre, même juste pour leur servir son sempiternel "Nous sommes tous les jouets d'une illusion. Chacune nous renvoie l'image de l'autre dans le miroir mais le véritable ennemi est celui qui nous dresse les uns contre les autres depuis l'aube des Temps." Mais non, même pas un post it . Les renseignements restaient sur leur faim et Joana avait cru bon de leur jeter un os à ronger en faisant lister et surveiller tous les vampires qui avaient cru pouvoir se montrer mufles au point de décliner son invitation au bal d'Equinoxe, lequel avait tourné de la façon tragique qu'on sait, faisant par là même de tous les absents de potentiels suspects de traîtrise. La plupart n'étaient que des marginaux, dont le mode de vie tellement hors du monde avait sans doute fait qu'ils n'étaient même pas au courant des implications de ce bal ou qu'ils étaient hors d'état de s'y rendre. Les enquêtes menées dans la fange des rebuts vampiriques ne donnèrent rien et la colère de Joana se fixa naturellement sur les deux petits malins qui avaient cru bon de souligner leur absence par un billet: Mentis Irae et ... Constantin Basarab. Le premier s'était volatilisé bien avant que les invitations pour le Bal fussent envoyées. Le second s'était retiré peu de temps avant sur ses terres provinciales après une prestation qui avait fait date dans le milieu musical de la scène rock.

Et qui avait été chargé de le pister ? D'enquêter sur l'artiste ? Cecil, bien entendu. Il avait étudié les rapports de ses sbires parisiens en détail avant de partir en province. Un beau concert avec la tête d'affiche, le groupe C.O.K.E. mené par Fooled, une altercation avec sa dernière conquête en date, et le leader de Zagiel avait battu en retraite de façon inexpliquée au lieu de mettre à profit sa nouvelle notoriété auprès du public. Etrange erreur de marketing et de stratégie pour un vieux vampire. Cecil avait voulu savoir si une dispute avec le chanteur du groupe vedette ou avec la jeune femme suffisaient à expliquer une telle disparition médiatique. Il n'avait aucun élément assez probant pour l'établir, ses espions n'étant pas assez proches du chanteur de Zagiel. Il avait bien tiqué quand même en constatant que Fooled et Anke Rosenbaum, la demoiselle en question, étaient tous les deux sur la liste des absents au bal. Il avait mis tout ce beau monde sous surveillance. Hasard troublant, un de plus. Et il n'aimait pas cela. Mais la ballerine de Garnier et le chanteur blondinet menaient une vie tranquille. Fooled était bien allé voir Basarab dans sa retraite mais les deux n'avaient pas tardé à regagner Paris. Cecil en avait été quitte pour une enquête avortée sans révélation fracassante et séjour rustique vers ses chevaux, séjour au cours duquel il avait rencontré une étrange jeune humaine. Le seul fait troublant était quand même que cette humaine au loup avait été vue une fois en compagnie du chanteur de Zagiel dans un café parisien. L'esprit du macédonien s'énervait à tenter de saisir le début du fil de cette intrigue qui lui échappait. Mais peut-être était-il naturel que l'on retrouve toujours les mêmes personnes dans le sillage d'une rock star montante. Encore qu'elle était bien en berne actuellement, la rock star. Disparue de la scène parisienne. Après une séance d'autographes chez un disquaire en vogue, Basarab avait à nouveau disparu de la circulation. Peut-être un caprice de star ? Peut-être autre chose ? Et s'il avait simplement peur, ou subissait des menaces ? Des menaces d'un timbré comme Mentis Irae ? Seul Dunkel qui faisait partie des intimes du chanteur pourrait en apprendre plus.

Cecil avait un petit creux et sentait la lassitude d'une longue journée d'entretiens encore longs à venir se profiler et se leva pour prendre congé de son invité.

- Nous sommes d'accord. Faites les choses à votre rythme, mais faites les bien. Ne laissez passer aucun indice. Même une chose insignifiante peut avoir son importance.

Il lui tendit la main sans grand espoir que Dunkel l'accepte.

- Vous n'aurez pas à regretter de collaborer avec nous. Pensez de moi ce qu'il vous plait. Cela m'est bien égal. J’œuvre pour une stabilisation de la situation actuelle. Nos intérêts ne sont pas si éloignés de ceux de votre poulain, je pense.

Alors que Dunkel se dirigeait vers la porte, il lança comme un dernier atout dans sa manche.

- Au fait, j'aimerai aussi que vous surveilliez du coin de l’œil cette petite danseuse que votre artiste aimait bien... Anke, ... Anke Rosenbaum ... Joli brin de fille, un de vos compatriotes je crois. La filer ne devrait pas être trop désagréable, non ? Et tant que vous y êtes, si vous apprenez quelque chose sur Fooled, le chanteur de C.O.K.E., soyez bien aimable de me faire un rapport. Il est sur la liste des disparus, vous savez...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message   

Revenir en haut Aller en bas
 

{Intrigue: l'Union Sacrée} Un étrange message

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière  ::  :: Une autre "version" de l'Union Sacrée :: Le passé de Cecil Osbern-