RSS
RSS
lienlien
La Légende s'écrit ici




 







Partagez|

Clémence Destrées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Clémence Destrées Jeu 11 Sep - 21:29

  
  

  

  
  
Clémence Destrées

  
La parole est d'argent mais le silence est d'or


  
Identité

  

Nom : Destrées
Prénom : Clémence
Street name : Clem
Groupe : Collaborateurs  
Âge :  30 ans
Date de Naissance : 15 juin 2183
Lieu de Naissance : Deauville  
État Civil : célibataire
Emploi : lieutenant de police à la Crim' de la DRPJ Paris
Religion : athée, mais a grandi dans une famille non croyante aux traditions chrétiennes  
Lieu de Résidence : le vieil appartement ayant appartenu à Léonie, dans le quartier Latin 
Armes : son arme de service (un Sig-Sauer SP 2022) et un Taser X26.  
Autre :  elle a toujours sur elle un jeton de poker d'une valeur de 2500 Francs, accroché à une chaînette en or (un cadeau d'une vampire).
Avatar:   Olivia Wilde


  
Physique

  


Clémence est de taille moyenne. Elle est ni trop grande, permettant aux hommes de ne pas se sentir écrasé par sa présence, ni trop petite, ce qui lui permet tout de même de pouvoir s'imposer autrement que par ses atouts dans l'univers macho de la Crim'. D'ailleurs, pour se démarquer des autres policières de la Crim', Clémence n'hésite pas à garder ses longs cheveux bruns détachés et à se maquiller légèrement les yeux. Mais pas trop. Il ne faut pas non plus ressembler aux pots de peinture qui racolent tard le soir et qu'elle voit régulièrement passer aux bureaux de la police pour témoigner (même si elles ne disent jamais rien).
Clémence est toujours habillée en civil. Au travail, elle a le choix entre uniforme et habits civils. Au travail, elle préfère être dans des vêtements dans lesquels elle se sent bien : pantalon souple (pour courir plus facilement en cas de besoin), t-shirt, pull et chaussures plates. En privé, Clémence est plutôt adepte des talons hauts et des robes fleuries. Durant son année de cohabitation avec Léonie, elle avait appris à s'habiller comme une femme. Elle n'avait pas une garde robe aussi garnie que celle de sa grand-mère. Clémence privilégie la qualité du vêtement à la quantité (heureusement, car après la disparition de Léonie, il est difficile pour Clémence de conserver l'excellent train de vie de sa mamie). Chez Léonie, les allées et venues de ses amies étaient fréquentes. La jeune femme et son aïeule vampire se devaient donc d'être continuellement présentables. Après la disparition de Léonie, Clémence a gardé son habitude d'être toujours bien parée chez elle et pour sortir. Après tout, courir après les criminels en talons et robe en dentelle, ce n'est pas recommandé !

  
Caractère

    


Clémence est une personne taciturne. Elle est très secrète, parle pas ou peu d'elle. Plutôt silencieuse, elle préfère l'observation aux paroles inutiles. Mais elle privilégie tout de même les mots aux actes irréfléchis.
Clémence a tendance à toujours peser le pour et le contre avant de prendre une décision. Lorsque Léonie lui proposa de vivre avec elle à Paris, Clémence avait eu 2 ans pour se décider. Et la veille de sa majorité, elle n'avait toujours pas de réponse précise à apporter à sa vampire d’ancêtre. Clémence est une personne réfléchie. Un peu trop même. Elle est une farouche adepte des listes avec d'un côté les avantages et de l'autre les inconvénients. Elle peut être très longue à prendre des décisions pour sa vie privée. Mais une fois la décision prise, elle sait faire suffisamment preuve de détermination pour se ternir à son choix. Néanmoins, au travail, elle est bien plus réactive et ne passe pas une heure à réfléchir avant d'agir.
En grandissant, Clémence a fini par mettre les humains et vampires dans le même pot. Les uns comme les autres ont leurs qualités et leurs défauts. De ce fait, elle n'a pas vraiment peur des vampires. Ils ne sont pas tous des affamés bestiaux qui sautent sur la première gorge fraîche qu'ils voient. Pour Clémence, ceux-là méritent la sympathie. Les autres non. Et puis, avec son travail, sa manière de voir les vampires et les humains s'est confirmée. Des humains monstrueux, cela existe. Les violeurs et les tueurs sont pour elle l'égal des vampires les plus sanguinaires. Elle arrive à voir du bon et du mauvais en toutes personnes.
Elle sait aussi être charmeuse (charmer fut d'ailleurs le premier enseignement de Léonie lors de leur cohabitation). Si Clémence vous regarde du coin de l’œil en penchant légèrement la tête et qu'elle sourit légèrement, attendez-vous à devenir la victime de son ensorcellement. Apprendre à charmer est censé être utile avec les hommes, d'après Léonie. Avant d'entrer à la Crim', Clémence était de l'avis de son modèle. Pourtant, au travail, le charme n'est pas un désavantage dans les interrogatoires. Là où certains n'hésitent pas à abattre le bottin parisien sur la tête du suspect, Clémence met en pratique les leçons de Léonie.
Ne pas avoir peur des vampires peut être similaire à ne pas avoir peur de la mort. Clémence ne craint pas la mort. Elle dit que cela arrive forcément un jour ou l'autre. Ce qui lui fait réellement peur, c'est de mourir dans la douleur. Croyant n'avoir peur de rien, Clémence n'hésite donc pas à prendre des décisions risquées dans sa vie privée et des risques au travail. Prendre des risques, elle a appris cela toute jeune, au casino. Au jeu, il faut savoir prendre des risques. C'est ce qu'elle fait à la Crim'.



En savoir plus à mon sujet...

  

Maladies : légère intolérance aux fruits à noyau
Groupe Sanguin : B-
Famille : Fille de Daniel et Anne Destrées, les propriétaires d'un casino à Deauville. Clémence a une grande sœur, Pauline, qui est croupière dans le casino familial et un frère, Hugo, qui est le chef de la sécurité du casino. Léonie (une vampire qui a disparu subitement) est son aïeule du côté de son père.
Origines : Deauville.

    

  

  
Surnom : Siana
  • Âge : 26 ans
  • Comment avez vous connu le forum ? : j'ai suivi l'intrigue ici
  • Comment trouves-tu le forum ? : j'espère que rien ne changera


  
MADE BY .ANGELUS

  

  




  
  

  

  
  
En chacun de nous sommeille un héros

  
La parole est d'argent mais le silence est d'or


  


Extraits du journal intime de Clémence Destrées


31 décembre 2192

Cher journal,
Ce soir, c'est le réveillon du nouvel an. A la maison, il n'y a que Hug', Pau' et moi. Papa et maman sont encore à la réception organisée au casino. Il a été privatisé toute la nuit par des vampires. Encore. A minuit, on va encore se souhaiter la bonne année à trois. Comme d'habitude, papa et maman seront encore au casino pour le plaisir des vampires. Je veux qu'ils soient là. Je les veux à la maison. J'en ai assez de les partager avec Léonie. Tiens ! Cette vampire, je l'ai encore vue sortir discrètement du bureau de papa ce matin. Encore une fois, elle m'a tapoté la tête avec son sourire bizarre et en m'appelant "mon petit sucre". Elle est gentille avec ses cadeaux, mais parfois elle fait vraiment peur, surtout quand elle sort de la pièce derrière la salle de surveillance de la sécurité. Je me demande ce qu'elle y fait et ce qu'il y a dans cette pièce.
Ah ! J'entends la porte. J'espère que ce sont eux cette fois. Et pas juste Léonie.

1er avril 2192

Cher journal,
Aujourd'hui, c'était le pire jour de l'année après mon anniversaire et avant le réveillon du nouvel an. Le premier avril. Léonie est passée à la maison. Celle-là, elle ne vient que trois jours par an : le jour de mon anniversaire, au réveillon du nouvel an et le premier avril.
Cette fois, elle vient pour le premier avril. Je déteste ses farces. Cette année, elle m'a fait croire qu'elle avait tué papa. Comment ai-je pu y croire !? Elle était morte de rire (comme si elle le pouvait) en me voyant devenir toute blanche et en ayant les larmes aux yeux. Et elle a osé me dire que j'étais jolie avec les joues toutes pâles, que je lui ressemblais un peu.
Je ne sais pas quoi penser de Léonie.
Elle est gentille, fait du bien à notre famille et au casino. Il faut dire qu'elle aime venir y jouer.
Elle m'intrigue aussi. On ne sait rien d'elle, enfin quand je dis "on", je parle de Hugo, Pauline et moi. Maman semble en savoir plus, mais pas autant que papa. Moi, je sais juste qu'elle est vampire, qu'elle est de Deauville depuis toujours, et qu'avant d'être vampire, qu'elle avait connu les francs peu de temps avant leur disparition. D'ailleurs, pour se faire pardonner de sa mauvaise farce de cette année, Léonie m'a donné un jeton de 2500 francs, son jeton à elle, son bien le plus précieux d'après elle. Exactement comme celui de 2500 francs qui est encadré avec d'autres vieux jetons en francs, dans le bureau de papa. C'était un vieux jeton du casino de papa. Avant qu'il n'appartienne à papa, à grand-père et à son arrière-grand-père à lui.
Mais elle me fait peur aussi. Parfois, elle me regarde fixement. Et elle me sourit, avec ses longues dents qui dépassent. Elle me dit que je suis à croquer. Là, elle me fait vraiment peur.
Pourquoi me fait-elle subir ça si elle me dit que je suis sa préférée parce que j'ai tout du côté de papa ? Qu'elle me préfère à Pauline parce que Pauline ressemble au côté de maman. Papa ne dit rien, il la laisse me faire tout ça. Maman fait mine de rien voir.

15 juin 2199
Cher journal,
Cela faisait longtemps que je n'avais pas écris quelque chose sur ces pages. Plus l'envie, plus le besoin surtout. Si je reviens m’épancher ici, c'est parce que j'ai appris quelque chose d'incroyable. Ce matin-même, le jour de mon anniversaire ! Léonie... elle est l'arrière-arrière-arrière... je ne sais plus combien en arrière. Bref Léonie est une grand-mère de papa. Si elle me préfère à Pauline et Hugo, c'est parce que je suis, d'après elle, son portrait craché. Moi ! Le portrait craché de Léonie ! Elle ! Elle est grosse, le visage bouffi et les cheveux grisonnants. Papa le savait. Maman aussi. Mais ils ne voulaient pas nous mettre au courant, Pauline, Hugo et moi. Léonie en a décidé autrement. De toute façon ce que dit Léonie est loi à la maison et au casino. Donc si Léonie décide de me le dire, papa et maman se taisent et subissent. J'ai vraiment été choquée, puis étonnée, et finalement, je suis plutôt contente. Parce qu'en fait, je l'aime bien Léonie. Elle est bien plus cool que maman. Malgré ses farces stupides du premier avril.
Aujourd'hui, j'ai 16 ans et Léonie m'a emmené visiter Paris pour mon anniversaire. Maman n'aime pas trop me voir traîner avec Léonie. Elle dit que la "vieille" a une mauvaise influence sur moi. Je trouve pas. Elle me fait faire plein de choses nouvelles. Aujourd'hui, Léonie m'a fait fumer une cigarette pour fêter mes 16 ans et boire de l'alcool. Horrible expérience. Je me suis étouffée en fumant et j'ai recraché son alcool. Elle a ri et m'a dit "si tu y passes en étouffant avec la boisson ou la cigarette, je te transforme et on passera alors l'éternité ensemble mon petit sucre". J'ai aussi ri mais... je ne veux pas de l'éternité. J'ai pitié pour Léonie. Elle restera vieille, grosse et bouffie pour l'éternité avec ses chats. Aucun régime n'aura effet sur elle. Tandis que moi, même si je vais mourir un jour, je pourrai rester belle toute ma vie !
Lors de notre excursions à Paris, Léonie m'a fait visiter son appartement dans le quartier Latin. Chez elle, c'est aussi vieux qu'elle. Des tapisseries façon moquette avec des dessins baroques, des vieux meubles qui manquent de s'effondrer si on les touche. Et des chats. Partout ! Léonie m'a montré sa transformation. : un chat. Un chat gris et grassouillet. Un chat d'appartement en fait. Léonie est un vieux chat d'appartement. J’étais morte de rire en la voyant ! Elle s'est un peu offusquée car elle a feulé et m'a laissé en plan dans le salon pendant une bonne heure, avant de revenir comme si de rien n'était, avec un peu de sang en coin de bouche.
Là, il est presque minuit et on vient de rentrer de Paris. Elle m'a dit que si je le souhaite, à ma majorité, je peux habiter avec elle, à Paris. Papa a haussé les épaules quand elle l'a informé de sa proposition. Maman a pleuré toute la soirée. Pauline a fait sa tête de jalouse et Hugo a fait ce qu'il fait de mieux : ne rien dire et ne rien faire.

15 juin 2201
Cher journal,
Je viens de fêter mes 18 ans et de te retrouver au fond d'un tiroir à sous-vêtements. Je ne t'ai pas sorti d'ici depuis 2 ans. Depuis que Léonie m'a fait sa proposition. J'ai accepté sa proposition. Si je te retrouve aujourd'hui, c'est justement parce que je suis en train de faire mes valises pour partir. Papa est déçu mais rassuré car en habitant chez Léonie, même si elle est vampire, il estime que je serai encore plus en sécurité qu'au Casino. Maman pleure. Mais les propos de papa la rassure. Et ceux de Léonie aussi, qui a dit m'aimer comme sa fille, sa petite-fille et l'ensemble de ses petites-filles qu'elle a toujours le regret de voir mourir. Pauline a demandé à Léonie si elle pouvait venir. La réponse fut claire : juste pour les vacances. Pauline m'en veut. Je quitte le casino et elle, elle doit y rester.
Je t'embarque avec moi, cher journal. Je ne voudrais pas que Pauline te trouve et puisse lire les conneries que j'ai fait avec Léonie. Elle serait capable de te montrer à papa et maman pour ainsi me faire revenir.
Mais cher journal, ne t'attend pas à ce que j'écrive quoi que ce soit de plus sur tes pages. Tu fais maintenant partie de mon passé. Léonie et Paris sera mon présent et mon avenir.


Ce qu'il s'est passé après le 15 juin 2201
La vie chez Léonie était agréable jusqu'à ce qu'un matin, Clémence trouve l'appartement vide en se levant. Léonie n'était pas là. Cela lui arrivait de disparaître quelques jours de temps à autre. Quand elle partait, elle était toujours de mauvaise humeur. Quand elle revenait, elle semblait fraîche comme un gardon, souriante et totalement calmée. Il n'y avait pas de doute que Léonie partait chasser. Cependant, une semaine après ce jour où Clémence ne trouva pas Léonie, la jeune femme n'eut toujours pas de nouvelle de sa vieille grand-mère.
La disparition soudaine de Léonie avait eu lieu un an après l'arrivée de Clémence sur Paris. Une formidable, merveilleuse année entre filles, à courir les boutiques, sortir dans des clubs branchés, aux bras d'hommes séduisant que l'amie Léonie trouvait avec une facilité déconcertante. Une année à rencontrer d'autres vampires un brin étrange. Ils avaient, pour certain, une tête hippie, de philosophe pour d'autres. Ils étaient presque déconnecté du monde. Léonie disait que c'était ses amis Utopistes. Ils étaient aussi devenus les amis de Clémence.
Depuis, elle vit seule, dans l'appartement de Léonie. En attendant le retour de la meilleure amie la grande sœur, l'aïeule. Les amis Utopistes de Léonie ne savaient rien sur sa disparition. La possibilité que Léonie puisse être morte était douloureuse à admettre pour Clémence. La disparition de sa protectrice la motiva à entrer dans la police. Elle visait la criminelle. En apprenant à enquêter, elle saurait comment retrouver Léonie. Quitte à apprendre sa seconde mort. En entrant dans la police, Clémence espérait s'ouvrir des voies lui permettant de savoir ce que Léonie était devenue.
Clémence a réussi à entrer dans la police. Elle est lieutenant de police à la Crim' de la DRPJ Paris. Cependant, ses recherches concernant Léonie stagnent et n'ont pas vraiment évolué. Elle est au point mort, presque à la case départ. Son travail à la DRPJ, voilà tout ce qui lui reste. Elle ne voit presque plus les amis de Léonie et encore moins sa famille.


  
MADE BY .ANGELUS

  

  
Revenir en haut Aller en bas

Clémence Destrées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les Catacombes :: Le musée des Héros-