RSS
RSS
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière

LIVRE I
Quand le salut ne réside plus qu'en l'ennemi.
Que choisir ? La Fin ou l'Union Sacrée ?

forum en refonte
 







Nous sommes en Mai 2215 !

Partagez | 
 

 Acte 1 : La Belle et la Bête (Adam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Acte 1 : La Belle et la Bête (Adam)   Sam 28 Fév - 16:47

3ème jour sur Paris, 16h45 (6 Mai)

Paris regorgeait de mystères et de dangers. C’était ce que Darkan m’avait cessé de me répéter avant que je ne m’éloigne de la Chasse de Brancia pour trouver certaines réponses. En acceptant d’aider le Seigneur de guerre à trouver des informations sur la présence des Lycans et leurs intentions, j’allais devant des complications. Les vampires me reconnaitraient sans grande difficulté grâce à leur odorat. Mais j’avais une carte à jouer : certains ne se rappelaient plus que les Hordes anciennes avaient jadis existé, tous ces « jeunes vampires » que les morsures n’avaient pas encore transformés, n’étaient au courant de rien. Seuls les vampires les plus anciens comme Darkan et Fédor verraient en moi une curiosité et une ennemie à torturer et à tuer pour tenter d’en savoir davantage. Et dire qu’il y avait quelques mois, je n’étais qu’une humaine vivant dans une communauté de nomades qui se déplaçaient de villages en villages pour éviter ces créatures.  J’apprenais aux enfants à lire, à écrire, à compter. Les bases de l’éducation et ma mère m’apprenait les rudiments de la médecine des plantes. J’étais supposée comme chaque fille de mon clan à épouser un jeune homme et de donner naissance à des enfants.  La voie à laquelle on nous destine peut s’avérer capricieuse et prendre un tournant étonnant.  Aujourd’hui j’en étais une. On ne m’avait pas demandé mon avis, j’avais été mordue une nuit et voilà que j’étais une Lycane dotée de pouvoirs exceptionnels comme l’avait souligné le Kendé. Ma vie avait basculé subitement, la peur au ventre de faire mal aux Miens, j’avais dû fuir ma communauté pour me retrouver prisonnière des vampires. En une seconde nuit tout avait de nouveau changé pour moi. J’avais dû emmagasiner de nombreuses informations, découvrir que le Seigneur de guerre était un hybride cachant sa nature à son clan, que je n’étais pas sa prisonnière, mais son invité et qu’il m’avait donné sa promesse de me protéger  en mettant sa légitimité en jeu face à ses hommes. Je ne pouvais décemment pas le décevoir même si la terreur me gangrenait quand venait la nuit.

J’avais trouvé une chambre à cette petite auberge, au nom bien prédestiné : « Au loup qui dort ». En deux journées, j’avais fait la connaissance de deux Lycanes différentes l’une de l’autre, mais tout aussi agréables. Paris était immense et les Lycans vivaient juste sous le nez des Vampires tout en faisant attentions aux quartiers qu’ils fréquentaient ainsi qu’aux heures de sorties. Finalement, les récits avaient effacé totalement leurs traces, mais ils n’avaient jamais cessé d’exister. Ils étaient là autour de nous, tapis dans l’ombre, prêt à sortir au moment venu. Et maintenant, ce jour était arrivé.  Quelque chose ou quelqu’un les avaient fait sortir de leur inertie et je prenais de plus en plus conscience de leur présence grâce à mes nouvelles capacités.

Une partie de la capitale était nommée « la ville grise ». Elle se composait, d’après le plan que Darkan m’avait remis, de trois arrondissements : le neuvième, le dixième et le onzième. Je n’avais pas tout visité et je faisais attention à ne pas trop m’éloigner de l’auberge. La journée, le soleil m’aidait beaucoup à me protéger, mais dès qu’il déclinait, les vampires se sentaient beaucoup moins agressés par sa lumière et je retournai vite dans ma chambre. Néanmoins, je savais aussi que ce n’était pas en restant cloitrée entre les murs de ma petite location que j’allais pouvoir découvrir des renseignements intéressants sur les Lycans pour Darkan. J’allais devoir prendre mon courage à deux mains. Mon plan étalé sur le lit, je suivais avec mon index les différents arrondissements. Le second et le troisième étaient des quartiers très renommés où les Vampires les plus riches et influents y demeuraient. Ce n’était pas par là que je devrai m’aventurer. Les Lycans étaient rusés, ils n’allaient pas gâcher leur effet de surprise et puis le roi qui gouvernait cette ville en aurait déjà eu vent. Avec le dix-huitième arrondissement  commençait avec lui, les quartiers les plus touchés et les plus miséreux. Qui disait miséreux, disait aussi très dangereux et je n’avais pris avec moi aucune arme. La prochaine fois que je verrai Darkan, je lui demanderai  de quoi me défendre contre des vampires et des Lycans… Si je revenais en un seul morceau auprès du Seigneur de Brancia…


Le soleil était encore présent dans le ciel bien qu’il ne ferait que s’affaiblir au fil des heures. Le mois de mai jouait en ma faveur, les nuits arrivaient beaucoup moins vite.  Je décidai d’aller faire un tour dans ces squats et de me vêtir pour ce genre de situation : jean, pull, chaussures adéquates et ma cape que j’enfilai par-dessus. Je ne prendrai rien d’autre avec moi, autant éviter de me charger avec ma besace. Je sortis de l’auberge et mon premier réflexe fut d’observer l’astre solaire au-dessus de ma tête comme une sorte de sécurité et d’apaisement pour ma santé mentale. J’avais mémorisé le plan pour me rendre dans les squats et je pris donc leur direction d’un pas rapide. Toutes les personnes que je croisais sur mon chemin n’étaient que des humains : je ne reconnaissais aucune aura de vampires ou d’odeur d’autres lycans. Ça me rassurait quelque peu tout comme je me disais que mon chemin en sens inverse pour retourner à l’auberge ne serait pas aussi facile. *Courage Anna ! *

Je ne traînai pas à rejoindre ces bidonvilles. Au plus je m’avançais, au plus le décor changeait. Je quittais les quartiers moyens pour entrer de pleins pieds dans un autre monde, comme si la ville avait été coupée en deux. Des gravats et des débris semblaient délimiter les deux facettes de Paris, mais la population y était toujours présente, bien plus pauvre, certes. Je restai comme pétrifié par cette horreur : les habitations étaient dans un état désastreux, il y avait de petites baraques avec des pancartes au-dessus qui affichaient ce qu’elles vendaient ou ce qu’on pouvait y trouver.  Je me remis en chemin avançant dans ces ruelles qui n’en portaient que le nom. Je ne trouverai certainement rien par ici, c’était une erreur de ma part. Un vieil homme m’accosta pour savoir si j’étais intéressée par des piles ou par vieux disque dur externe. Je déclinai sa marchandise et je rebroussai chemin. Un chat fit tomber le couvercle d’une poubelle métallique au sol dans un bruit sourd ce qui ne manqua pas de me faire sursauter !

- Matou … tu aurais pu éviter de faire autant de bruit tu sais ! Je ne te veux aucun mal, allez viens par là …

Le chat sembla me comprendre et s’avança vers moi, ronronnant autour de ma jambe. Je m’accroupis pour le caresser, mais quelque chose le fit mettre sur ses gardes, sifflant entre ses dents. Son poil s’hérissa et il partit très vite se cacher sous une vieille jeep abandonnée. Surprise par son comportement, je me redressai … et là … je sentis une présence … Tétanisée, je n’osai plus bouger. Il n’y avait pas beaucoup de coins pour se dissimuler. Ce n’était que des vieilles tôles et autres décombres qui gisaient un peu partout. Face à moi, je ne voyais rien, mais l’odeur était là. Un Lycan. Pas une odeur familière, pas celle de Nyméria, ni de Létycia, mais étrangement, elle était puissante comme celle de Darkan. Mon cœur battait à tout rompre tant il me faisait mal dans ma poitrine. Je rassemblai mes forces pour me retourner lentement et là, je le vis, un sourire narquois sur ses lèvres, ses yeux sombres qui me scrutaient. Il était immense, doté d’une corpulence aussi impressionnante que Darkan. Je tremblai comme une feuille, et ma voix se mua en une sorte de murmure.

- Qui … qui … êtes-vous ? Qu’est-ce que vous … me … voulez ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Acte 1 : La Belle et la Bête (Adam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques de l'Ombre et de la Lumière ::  :: Les Catacombes :: Les récits oubliés-